X

Peut-il être un jour trop tard pour être un « bon » parent?

Est-il un jour « trop tard » ?

Tout parent a-t-il/elle une espèce de deadline au-delà de laquelle la possibilité de « bien » accompagner son enfant n’est plus possible ?

Je vous propose d’étudier ici la question.

1. Ce qu’en dit une certaine partie de la société

A en croire la pensée populaire, il faut très vite faire comprendre aux enfants qu’ils/elles ne sont pas ceux/celles qui commandent.

Les phrases comme « ce n’est pas toi qui décide », en général suivi de « fais ce que je te dis » le prouvent.

Il est également encore courant d’entendre des personnes bien intentionnées dire aux parents : « Tu ne devrais pas accepter… Sinon, dans quelques années, tu vas te faire bouffer par tes enfants. »

Ce genre de discours dénote d’une pensée populaire selon laquelle les enfants naîtraient avec une espèce de prédisposition à dominer. Le rôle du parent serait alors d’extraire ce « mauvais germe ». L’enfant est considéré comme devant être façonné à une vie d’adulte telle que désirée par la société.

Des penseurs de la petite enfance ont théorisé sur une façon différente de voir l’humain.

2. Ce que dit la théorie de l’attachement

La théorie de l’attachement pense que l’être humain forge sa manière d’être au monde durant la première année de sa vie. Après cela, il est toujours possible de modifier son rapport au monde, mais cela est plus compliqué. Nos filtres de compréhension du monde vont toujours teinter notre compréhension du monde.

Rien n’est figé. Il est toujours possible de modifier son rapport à l’autre. Il est aussi possible d’accompagner les enfants autrement, même s’ils/elles ont plus d’un an !

Si les principes de la théorie de l’attachement vous intéressent, je vous propose de visionner : Théorie de l’attachement – Conférence

Peut-il être un jour trop tard pour être un "bon" parent? 2

3. Ce qu’en dit la vie

Dans la vie, il est assez fréquent qu’une personne évolue tout au long de sa vieet heureusement !

En tant qu’enfant, nous avons une vision du monde qui grandit, évolue et se transforme en même temps que nos capacités intellectuelles et mentales.

En tant qu’adulte, notre manière d’être au monde se transforme également en fonction de nos expériences et rencontres.

En tant que parent, là encore, il est possible de changer son style d’accompagnement en fonction des découvertes et nouvelles manières de comprendre les enfants.

« Que souhaitons-nous transmettre aux enfants ? Et comment y arriver ? » peut vous éclaircir les idées sur le type de parent que vous souhaitez être.

4. Oui mais…

Certaines personnes se demandent si les enfants ne sont pas perturbés quand un parent change soudainement sa manière d’être.

Je répondrais oui et non.

Si un parent change du tout au tout, régulièrement et sans prévenir, oui, je pense que cela peut vraiment perturber un enfant. Comme cela perturberait un adulte d’ailleurs.

Mais pas si les changements sont expliqués, et que l’enfant a la possibilité d’être inclu dans le processus de changement ; là, loin de perturber un enfant, cela peut être l’occasion pour lui/elle de grandir :

  • apprendre que nous pouvons changer d’avis et de comportement
  • découvrir comment trouver des idées pour bien vivre ensemble
  • apprendre que ce n’est ni l’âge, ni la force qui décide de qui a une « bonne » idée ou non

5. Quelques idées

L’idée de modifier votre manière de fonctionner en famille vous intéresse, mais vous ne savez pas comment faire ? Je vous propose ici quelques idées :

Laissez un commentaire et partagez-nous votre expérience !

Aurélie

Facilitatrice de rencontre parent-enfant

Outils qui peuvent aider :

Ces informations se trouvent aussi dans la rubrique « Pour aller plus loin »:

Livres :

Natacha Butzbach « Pourquoi les bébés dorment-ils dans des lits à barreaux ? Petite histoire de la distance parentale »

Lise Bourbeau « La puissance de l’acceptation »

Nicole Guedeney « L’attachement, un lien vit » PDF gratuit

Didier Pleux « Le complexe de Thétis : se faire plaisir, apprendre à vivre »

Marshall B. Rosenberg  « Élever nos enfants avec bienveillance : l’approche de la communication non violente »

Laisser un commentaire