X

Quels outils pour aider l’émergence de l’intelligence collective, vidéo ?

L’Atelier Fertile propose cette vidéo d’outils pour mettre en place des groupes horizontaux facilitant l’émergence de l’intelligence collective !

Cette vidéo illustre, entre autre, l’article « Présentation et mise en place d’un conseil de famille en 10 points« .

Je vous propose ici une transcription littérale de la vidéo.

Pour mener des projets collectifs je pense qu’il est utile de faire appel aux outils d’intelligence collective qui vont nous aidez à faire appel à notre créativité, a la formaliser de façon à la fois sécurisée pour les participants et puis donner un cadre, justement, un cadre de jeu où chacun pourra exprimer sur une opinion et finalement que l’on puisse cocréer des projets.

Tout d’abord reprécisons un peu de quoi je parle quand je m’exprime sur « l’intelligence collective » :

Déjà on est sur une démarche d’organisation horizontale. On a une forme d’égalité entre tous les participants. Dans une structure c’est une démarche dans laquelle, on va favoriser la créativité.

C’est une démarche, de respect de l’expression de chacun. Chacun trouve un espace d’expression. Et finalement, sur la création, l’animation de projets collectifs, c’est ces différentes notions dont je parle d’ailleurs quand je m’exprime sur l’intelligence collective.

Alors, premier outil la carte mentale.

Un outil passe partout qui peuvent servir à prendre des notes, qui peut servir à faire de la créativité, bref, développer des projets.

Le principe

est simple on va partir d’un sujet central qui peut avoir de grands embranchements. On peut imaginer des sous embranchements. Et puis après, on va faire des notes qui vont être notées, des idées, des références, des liens, etc etc, .

Par exemple

ça c’est des cartes mentale issues d’un travail de réflexion que j’ai vu un moment sur un projet d’habitat participatif. La question des modes de vie étayée sur les questions de règles de vie ensemble, de gouvernance etc etc donc ça c’est l’illustration.

Sur un parti aussi numérique, c’est deux outils intéressants,

utiles et « X-Mines ». C’est un logiciel qu’on peut télécharger en ligne. Vous avez une version gratuite qui est déjà très développée et une version payante également. Qui va vous permettre d’éditer des cartes mentales. Celle-ci a été édité avec l’appli « X-Mine ». Outil vraiment simple, qui offre de templates. Donc on a beaucoup d’aspects visuels différents, ce lesquels on peut jouer au niveau des cartes mentales.

Et puis un autre outil en ligne, celui ci est un logiciel libre en ligne. Qui s’appelle « Framindmap » et qui lui va vous permettre de faire des cartes mentales en ligne, donc de façon collaborative. Vous pouvez travailler à plusieurs sur une carte mentale ou c’est deux outils très complémentaires.

Après autres outil d’intelligence collective, c’est « Le Mandala Holistique ».

Alors c’est un outil qui prend un petit temps pour s’approprier, mais par contre qui est vraiment intéressant sur les projets complexes, il demande un certain temps pour le réaliser.

Quand même, quand vous lancez sur un mandala holistique, prévoyez au moins une journée pour faire le travail ou plusieurs séances. Mais du reste, faut savoir quand même anticiper sur le fait que c’est quelque chose qui prend du temps à être réalisé de façon correcte.

On va commencer au centre du mandala par positionner les valeurs.

Quelles sont les lignes directrices de l’éthique de votre projet ? Chose qu’il faut clarifier dès le départ. C’est quelque chose qui est mis au centre.

Le passage à notre intérêt, vraiment de l’outil, c’est qu’il est très visuel. C’est très, très accessible et on peut le représenter aussi bien de façon physique qu’on peut le voir sur la photo que par des outils numériques.

Alors sur l’aspect, après un aspect camembert le mandala,

parce qu’ on va le découper en tranches. Chaque tranche va correspondre à un secteur d’activité du projet. On parle d’un projet l’habitat participatif. On pourrait avoir un espace, une tranche gouvernance, une tranche règles de vivre ensemble, une tranche sur l’aspect technique d’éco-construction… Cela va permettre de définir les différents secteurs d’activité. Après autour du cercle et dans chacun des secteurs d’activité ;

C’est là qu’on va réfléchir sur les stratégies à mettre en place.

Donc prend l’écoconstruction, peut-être; la stratégie, ça va être des structures de pailles porteuses ou ça va être l’utilisation de tel mode d’isolation. Donc c’est des stratégies qui vont être liées à chacun des secteurs d’activité, stratégies qui vont découler en lien, en cohérence avec les valeurs qui ont été positionnées au départ.

Quels outils pour aider l'émergence de l'intelligence collective, vidéo ? 1

Et puis un cercle extérieur.

Une fois que les stratégies sont identifiées, définir les actions, les techniques pour va mettre en place pour réaliser les stratégies dans chacun des secteurs d’activité.

Donc là, je parlais des modes d’isolation, de mode, d’isolation par l’extérieur, on va faire de la laine de mouton ou de la laine de chanvre, par exemple. Et ça, ainsi, on va décliner chacune des actions et des techniques à mettre en œuvre.

Donc on va aller de l’abstrait jusqu’au très concret. Et dans ce lorsque compose des actions et techniques que l’on peut positionner des délais et définir des groupes de travail ou des responsables pour la mise en œuvre de telle ou telle action, de telle ou telle technique.

Donc, si à mon sens, c’est vraiment un outil puissant

sur la définition de projets collectifs, après ce moment ou on prend un temps important pour se l’approprier et le mettre en œuvre.

Alors sur l’aspect idéation ou créativité,

vous avez un outil que j’ai pu tester : c’est

« Le forum ouvert »

qui est très commun. Bon. Le principe est simple, c’est à dire qu’on va d’abord commencer par définir la thématique du forum. Naturellement, on va communiquer autour de cette thématique là, précise un cadre, un lieu…préparer la logistique en amont.

On va commencer d’abord par « la place du marché », c’est à dire que les participants vont définir eux mêmes quels sont les sujets qui veulent aborder la thématique qu’ils veulent aborder – la thématique du débat.

Donc on aura au préalable défini des créneaux horaires. A vous de voir. Ça peut être aussi bien des créneaux de 20 minutes si on veut faire des rotations courtes ou des créneaux d’une heure si on veut vraiment être sur un temps plus long.

Ça, c’est totalement aménageable.

Donc on va avoir définit une grille avec des tables, des pôles de discussion et puis des créneaux horaires. Voilà donc chaque participant peut définir :

– « Tiens, je veux aborder tel sujet de débat sur tel pôle de discussion, telle table sur et sur tel créneau horaire ».

Ca s’appel « place du marché ».

Donc chacun peut positionner son sujet.

Après les groupes sur espacés de façon aléatoire et entre chaque créneau, tous les membres du groupe sont invités à se mélanger, remélanger, à partir sur d’autres tables.

Donc, il y a aussi un brassage qui a lieu entre chaque créneau, au niveau de chaque groupe, chaque table, chaque pôle de discussion, il est important d’avoir au moins un scribe et un animateur, le scribe qui prend des notes, l’animateur qui anime la discussion et facilite les échanges.

Ça, c’est simple.

Restitution par les scribes à la fin,

qui se concertent, à la fin de chaque créneau pour faire une restitution collective des idées ; des pépites qui ont émergé au fil des discussions dans leurs groupes et qui permettent ainsi de faire une restitution collective, là pour avoir une restitution à la fois à l’instant T, mais aussi suite au forum, qui peut être une restitution par écrit ou par vidéo.

Au passage, cette vidéo est en parallèle avec une autre que j’ai préalablement éditée, qui porte sur la façon d’animer les réunions. Je vous invite aussi à voir. Je me tiens aussi le lien au o de la vidéo qui est très complémentaire avec celle ci.

Alors 4 principes dans « le forum ouvert » :

– Les personnes qui se présentent sont les bonnes.

– Il se passe ce qui doit se passer.

– Ça commence quand ça commence, ça finit quand c’est fini.

– Ça donne l’état d’esprit.

C’est très simple.

C’est un outil très simple, une fois que l’on a un peu la dynamique, qui permet de lâcher la pression et par contre « ça commence, quand ça commence, ça fini quand ça fini » donc aussi qu’il y a un cadre horaire clair.

Alors un autre outil de discussion.

Qui est vraiment le frère jumeau du Forum ouvert, c’est le

« Café des Mondes »,

ce qu’on appelait aussi sous le terme anglais « The World Café ». Là aussi, les organisateurs définissent une thématique, mais aussi des questions ouvertes qui seront à traiter, qui vont guider les débats.

Donc le temps va être divisé en créneaux – là aussi – et chaque créneau va être lié à une question à traiter.

Donc, au début de chaque créneau, à poser les questions à traiter. Et puis elle va être traitée en même temps par tous les groupes, simultanément dans chaque groupe, à chaque fois dont au moins un scribe et un animateur et après à la fin de chaque créneau.

Les scribe et animateur restent sur place à se fixer à une table à un pôle de discussion ? Et par contre, tous les autres membres sont invités à passer à une autre table. Et comme ça, on a un brassage des groupes qui se fait systématiquement pour chaque créneau et donc aussi restitution par les scribes.

Alors la différence avec « Fort Boyard » c’est que c’est plus dirigé, puisque les questions sont écrites préalablement par les organisateurs.

Ça, c’est un parti pris.

En tout cas, sur l’expérience, c’est clairement moins chronophage puisqu’on n’a pas le temps de place au marché qui prend naturellement du temps au départ qu’on a dans le formulaire.

Et ça permet du coup de plus encadrer à la fois les sujets et le temps pour la mise en place de cet outil d’intelligence collective.

Alors un autre outil de discussion et de créativité,

Quels outils pour aider l'émergence de l'intelligence collective, vidéo ? 2

c’est les chapeaux de Bono :

Alors, qu’est-ce que c’est que cette histoire ? On va commencer par fixer une problématique, un sujet de débat dans le groupe on va noter un scribe et un animateur, comme d’habitude. Et puis on va scinder le temps en plusieurs créneaux de même durée chacun, chacun invité à porter un chapeau imaginaire.

Mais on pourrait faire des chapeaux physiques, mais en sommes, des chapeaux imaginaires suffisent :

D’abord le chapeau gris des données factuelles.

Donc, chacun est invité à s’exprimer sur les données purement objectives par rapport aux sujets à traiter.

Après Porter le chapeau rouge, tu es lié aux émotions.

Chacun est invité à s’exprimer sur ce qu’il ressent, sur son ressenti par rapport au sujet.

Après le chapeau vert de la créativité,

tout le monde est invité à développer des idées vraiment sans retenue.

Et là, l’esprit critique n’a pas sa place. On ne critique pas les idées des uns et des autres. Chacun est invité donc à exprimer des idées complètement folle, complètement sortant des sentiers battus.

Prenez le chapeau noir du pessimisme.

C’est un peu s’exprimer sur ce qu’est le paraître, les limites et les obstacles. « Voilà ce qui va faire planter le projet. » Bref, on se donner à cœur joie sur l’aspect critique.

Après, chacun est invité à porter le chapeau jaune de l’optimisme

sur les perspectives, les opportunités du projet, la façon dont on pourrait le faire réaliser.

Et enfin, on termine par le chapeau bleu de l’organisation.

L’aspect pratique : « Bon maintenant, OK, on a vu tout ça. Qu’est-ce qu’on retient ? Qui fait quoi ? Quel timing on se donne ? Quels sont les moyens opérationnels qu’on met en place ? Etc, etc. »

Alors moi j’aime beaucoup cet outil

parce que d’abord, il est très ludique. Il permet d’aborder un sujet sous plusieurs angles comme on peut le voir et il permet pour tous les participants de sortir de leur positionnement routinier.

Par ce que on voit au quotidien telle personne et plutôt sur un aspect d’expression de ses émotions. D’autres a tendance à être pessimiste et à développés sur les obstacles et menaces qu’elle voit sur le projet. Une autre est plutôt sur un aspect planification.

Donc chacun a naturellement des biais à plutôt tendance à s’exprimer sur certains aspects plutôt que sur d’autres. Et finalement, ce jeu des « Chapeaux de Bono » permet à chacun de sortir de ces positionnements routiniers et de s’exprimer sur d’autres positionnements.

Donc ça, je trouve, c’est très intéressant. Ça permet aussi de traiter de sujets un peu complexes, de sujets éventuellement polémiques et donc très ludiques et autres outils issus du mouvement d’éducation populaire.

Et là, c’est ce que j’appelle « Les deux rives ».

Alors on va commencer par poser une question fermée « oui, non ». Une question qui scinde et je poursuivrai une question qui va être polémique. Et là les participants sont invités à se positionner de part et d’autre sur « les deux rives », entre guillemets imaginaires, et à se concerter dans leur groupe :

Alors, pour développer un argumentaire par rapport à la position.

Donc si on prend un sujet, il y a un groupe qui va se positionner sur la rive du « oui », pas avoir la question fermée et un autre sur la rivière sur la rive du « non ».

Attention ! Personne ne peut rester dans une position vague au milieu, parce qu’au milieu court « la rivière du doute » ou chacun est emporté et se noie. Et donc on ne peut pas être dans la situation mi-figue mi-raisin.

Il faut se positionner.

C’est le but de ce jeu, c’est le jeu. C’est de positionner cette position « oui » ou « non », très assumée.

Donc, une fois que les participants des groupes se sont chacun concerté, il y a un échange d’arguments qui est animé effectivement par un animateur qui est extérieur. Et donc on a un échange. Les participants ont la possibilité de passer sur l’autre rive s’ils sont convaincus par la position de l’autre groupe.

Et comme ça a lieu des échanges.

Moi, je trouve ça vraiment intéressant. Ce qui est là aussi ludique et permet d’aborder sans fard des problématiques qui sont polémiques. Et finalement de sortir du consensus mou où on n’ose pas se positionner, on ne sait pas vraiment se positionner pour ou contre la question pour une position.

C’est intéressant.

Quels outils pour aider l'émergence de l'intelligence collective, vidéo ? 3

Le brainstorming maintenant.

« Tempête de cerveau » en français. Outil très très classique dans la sphère d’intelligence collective. Il existe de multiples façons de décliner. La façon dont je procède, c’est souvent de poser une question au groupe, à traiter.

Chaque participant va noter les idées qui lui viennent : ‘une idée par post-it, puis les mettre dans un bocal, un contenant quelconque du reste , de façon anonymisée.

Une fois que c’est prêt.

L’animateur va regrouper les post-it puis voir les liens, les corrélations entre des post-it sur les mettre ensemble. Et ça va donner lieu, du coup, à animer un débat.

L’avantage de ce mode opératoire, c’est qu’on a un anonymat puisque les post-it sont anonymes a priori. Donc ça peut faciliter l’expression de personnes qui peut, en difficulté, s’exprimer ouvertement à l’oral.

Puis après il y a un aspect visuel aussi sur le regroupement des Post-it qui peut être intéressant.

La facilitation graphique maintenant,

c’est un niveau plus élevé d’intelligence collective. un praticien de la facilitation graphique va représenter graphiquement les idées émises et donc on va avoir beaucoup de créativité. des petits dessins ça permet de faire du lien, de regrouper des idées etc; voilà, ça demande un certain savoir faire, un certain entraînement pour mettre en œuvre, mais par contre c’est extrêmement plaisant.

Du coup, le compte rendu in fine se crée en même temps qu’on utilise l’outil.

C’est aussi un gain de temps.

Conclusion

Sous la vidéo, je mettrai le lien vers le réseau français des professionnels de la facilitation graphique.

Pour que vous puissiez avoir de la formation en matière de formation et de documentation, d’Événements liés à ce sujet de la facilitation graphique.

Sur mon livre ressources, vous avez en lien « Le guide pratique de la gérance collective » de Laure Le Douarec. Le livre « Faire ensemble » de Robina McCurdy avec cœur disait aux Éditions Passerelles éco. Il détaille quand même 40 outils d’intelligence collective. à chaque fois, en précisant quelle est sa fonctionnalité, à quel nombre de personnes il s’adressent le temps nécessaire pour sa mise en œuvre. Dans le panorama des outils d’intelligence collective, c’est vraiment une référence.

Si vous êtes inscrit dans un projet d’habitat collectif, l’Habitat participatif, le bouquin de Diane Leafe Christian « Vivre autrement » aux Éditions Écosociété, est particulièrement adapté : plus de 30 ans d’expérience dans l’accompagnement de projets d’habitat collectif en Amérique du Nord.

Donc, on traite beaucoup des différents aspects de ce type de projet et, entre autres, la question des outils d’intelligence collective adaptés.

Alors écoutez j’espère que cette vidéo, appelez plu.

J’organise de temps en temps des formations sur la question de l’animation, des outils d’intelligence collective, des animations de projets collectifs.

C’est des conseils pour des porteurs de projets à distance ou sur site.

Et puis je fais des livres, dont le premier, sorti en 2019, qui portait, lui, sur les aspects juridiques de l’installation agricole. Mais d’autres sont prévus.

Si vous avez d’autres outils d’intelligence collective que vous connaissez et que vous souhaitez faire partager, n’hésitez pas à le faire dans les commentaires.

N’hésitez pas à faire appel aussi à vos questions ou retours d’expérience.

À bientôt!

Laisser un commentaire