Les réflexes

Comprendre les réflexes de vie et archaïques

Vous pensez que ce poste plairait à votre entourage ? Partagez !

  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour !

Aujourd’hui, il est temps que je vous parle d’une chose méconnue qui, pourtant, joue un rôle central dans notre vie… Les réflexes. Je vais rapidement passer sur les réflexes dits « de vie », puis nous verrons plus longuement les réflexes « archaïques ».

Tout d’abord, une histoire : « Il était une fois, il n’y a pas si longtemps, un enfant terrible. Terrible parce qu’il pleurait tout le temps, sans raison, et que personne n’arrivait à sécher ses larmes. Le pire, c’est que lorsqu’il ne pleurait pas, ce qui était rare, il frappait, mordait et griffait les autres enfants. Parfois, il lui arrivait même de pleurer et de taper. Ses parents étaient au désespoir. Ils avaient consulté tous les meilleurs spécialistes de la ville, puis du pays. Rien n’y fait ; leur chère petite tête blonde restait un petit monstre. Jusqu’au jour où ils entendirent parler d’un petit vieux un peu fou qui proposait aux personnes qui venaient le voir, de faire des huit avec leur bassin, de se balancer sur le ventre et de faire l’éléphant avec un bras collé à l’oreille. Comme il obtenait de bons résultats et qu’ils étaient vraiment désespérés, les parents de Petit Monstre rencontrèrent le vieux fou.

Effectivement, il leur demanda de faire des mouvements bien étranges à leur enfant. Et, ô miracle ! Petit à petit, leur enfant cessa de pleurer, de taper, de griffer… Quand ils demandèrent au sage ce qui expliquait ce miracle, le vieil homme répondit : « Un réflexe mal intégré c’est comme apprendre à marcher avec un caillou dans la chaussure… Vous avez retiré le caillou de la chaussure de votre fils. »

Les réflexes

Les réflexes sont un ensemble de comportementstoujours les mêmes – qui se mettent en place de manière automatique – sans que l‘on y pense – en présence d’une situation donnée – toujours la même. Il existe plusieurs types de réflexes, au niveau psychique et physique.

La particularité des réflexes est que les circuits neuronaux qui les transmettent sont courts et rapides, pour être les plus efficaces possible. En contrepartie, ils ne passent pas par la conscience et notre action volontaire en est alors très fortement diminuée.

Nous allons nous intéresser ici aux réflexes de vie – c’est à dire qui nous maintiennent en vie et les réflexes archaïques, qui évoluent lors de la première année de vie.

Les réflexes de vie

Les réflexes de vie sont des comportements automatiques, stéréotypés et involontaires en réponse à un stimulus extérieur. Présents dès la naissance, ils nous maintiennent en vie sans que nous ayons besoin de penser à les activer. Lorsqu’ils ne fonctionnent plus de manière automatique, la vie de la personne est sérieusement remise en question.

La respiration fait partie de ces réflexes. En grandissant, nous apprenons à mieux maîtriser notre respiration, mais quand bien même nous le souhaiterions, nous ne pouvons pas arrêter, volontairement, de respirer jusqu’à ce que mort s’ensuive. Dans les cas extrêmes, il y aura perte de conscience et reprise de la respiration automatique.

Un autre réflexe de vie est la digestion.

Les réflexes archaïques

Les réflexes archaïques sont également présents dès la naissance. Ils se mettent en place in utero et aident, pour la plupart, à l’acte de naître. La nature étant économe, ces réflexes nous permettent d’apprendre à nous adapter au « Nouveau Monde », avant de s’intégrerc’est-à-dire qu’il s’active uniquement en cas de nécessité et laisse la place à la motricité volontaire – au niveau neuronal, durant notre première année de vie. Ces réflexes sont utilisés par le bébé pour apprendre à se retourner, à se mettre à quatre pattes, à s’équilibrer, se concentrer…

Cette intégration est absolument nécessaire à une vie sereine en société, le risque vital n’est, par contre, pas mis en jeu en cas de « perte » d’intégration. L’intégration peut être empêchée pour de nombreuses raisons, grand choc pendant la grossesse ou les débuts de vie – comme lors d’hospitalisation et/ou d’opération – ou par l’intervention de comportements extérieurs comme orienter l’enfant lors de ses propres expériences, ou mofifier son propre rythme d’acquisition– par exemple l’asseoir avant qu’il/elle ne sache le faire seul(e).

Conséquences de réflexes mal ou non intégrés

Lorsqu’un ou plusieurs réflexes ne s’intègre(nt) pas correctement, notre fonctionnement physique, psychique et relationnel s’en trouve grandement compliqué. Un peu comme si, à six ans, vous ne pouviez contrôler votre corps que comme un enfant de six mois. Ou comme si, comme dans l’histoire de Petit Monstre, vous n’arriviez pas à communiquer avec l’extérieur de manière socialement adaptée.

Pour les enfants plus grands, et même les adultes, cela peut se traduire par des difficultés scolaires, des problèmes d’équilibre, des vertiges, des maux de transports ou encore des difficultés à mettre des limites face aux demandes d’autres personnes ou à se protéger en cas de chute. Je ne cite ici que quelques exemples, l’action des réflexes archaïques sur notre être est très étendue.

Cependant, pas de panique, il est possible à tout âge – de réintégrer un ou plusieurs réflexes.

L’intégration des réflexes

Lorsque j’ai découvert la possibilité d’intégrer les réflexes archaïques « mal rangés », j’ai été surprise de la simplicité de la démarche. Il « suffit » de faire vivre, au corps de la personne, les étapes qui n’ont pas été expérimentées de manière suffisamment satisfaisante, pour fabriquer un nouveau chemin neuronal qui “rangera” efficacement le réflexe. Encore plus intéressant, plusieurs réflexes peuvent s’intégrer avec un même mouvement. La seule petite chose contraignante est la durée du « traitement ». Pour que cela soit vraiment efficace, il faut réaliser les mouvements de réintégration pendant au moins deux mois, et des rappels de temps en temps, une fois les deux mois passés, peuvent être préconisés.

Lors du festival vidéo du mois de juin 2020, je vous montre quelques mouvements pouvant être utilisés pour la réintégration des réflexes.

Avez-vous déjà testé la réintégration des réflexes ? Faites nous partager votre expérience dans un commentaire !

Aurélie

Outils qui peuvent aider:

Ces informations se trouvent aussi dans la rubrique “Pour aller plus loin”:

Livre :

Sally Goddard BLYTHE « Le grand livre des réflexes primitifs et posturaux »

Nancy O’Dell et Patricia Cook « Le réflexe pour la concentration et l’apprentissage »

Site internet :

Site de l’Intégration Motrice Primordiale

Vidéos youtube:

Paul Landon et Ludivine Baubry « L’importance des réflexes archaïques tout au long de notre vie »

Vous pensez que ce poste plairait à votre entourage ? Partagez !

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *