X
De nouveaux accompagnements sont disponibles !

Pourquoi et comment mettre des limites

Le pouvoir du « non »​ salvateur !
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour !

Oui, aujourd’hui, je vais vous parler du pouvoir du « non »​ salvateur. Dans notre représentation sociétale, dire « non » ou refuser quelque chose à son petit enfant – qui se met à hurler de frustration ce qui attire tous les regards  peut être mal vu. Or, mettre des limites est absolument nécessaire au bien être des enfants.

Je vous propose, dans cet article, un petit éclairage du pouvoir du « non »​ salvateur !

Le rôle du « non »

Le « non » est frustrant. Il nous limite dans notre liberté d’être. Et « non » est vraiment mal vu. Et pourtant, le « non », a un pouvoir. Il est absolument nécessaire et salvateur pour qu’un(e) enfant grandisse et s’épanouisse sereinement.

Petit exemple : Sacha 9 mois tente de mettre les doigts dans la prise. Ou bien Emilie tente de mordre Mohamed. Et bien je vous assure, un bon « non », associé à une explication accessible à l’enfant est une bonne idée.

Le fait de mettre des limites est rassurant pour les enfants. Lorsque l’on arrive dans un endroit dont on ne connait pas les règles, savoir ce qu’il est possible de faire ou non est rassurant. Cela permet de délimiter un espace, de se repérer dans un groupe social et libère l’esprit. Quand un enfant n’a pas, ou très peu, de limites claires posées par son entourage d’adultes, il/elle devient souvent anxieu(x)(se) : « suis-je protégé? », « vais-je me faire mal ?», « y a-t-il quelqu’un qui se soucie de moi ?» – pour les plus grand(e)s.

Le « non » chez l’enfant

La fameuse phase du « non » chez l’enfant est très importante!

C’est grâce à elle que l’enfant commence à se positionner en tant que sujet à part entière. L’opposition permet :

  • De tester son pouvoir d’action
  • D’observer qu’elles sont les réactions de notre entourage quand nous nous comportons différemment de ce que l’on attend de nous
  • De s’exercer à avoir ses propres opinions ; à ne plus forcément faire ce que d’autres attendent nous

C’est pour cela qu’il n’ait pas forcément judicieux de brimer l’enfant en lui reprochant son « mauvais caractère », en se moquant de lui/elle ou en lui rétorquant « c’est vilain de dire non » – et autres considérations du même genre.

Le « non » chez les parents

Chez les parents, le fait d’avoir toutes ses capacités de réflexions bien développées nous permet d’éviter d’être en pure réaction – comme c’est souvent le cas chez les enfants dans la phase dite d’opposition. Il est alors intéressant de se poser la question de pourquoi nous refusons – ou acceptions – tel ou tel comportement… Quelles sont les raisons des limites que l’on impose.

Comme vue dans l’article sur les désirs d’enfants agit-on de la sorte par mimétisme – ou rejet – de notre propre éducation ou avons-nous un vrai projet derrière ?

Comment dire « non », sans dominer l’enfant

Tout cela étant dit, je suis plutôt partisane de l’accompagnement à grandir « bienveillant » ; je suis aussi une grande fan de la communication non violente. Il existe des astuces pour éviter de juste dire simplement « non ». Ce qui peut être vraiment dur à supporter par l’enfant et par l’adulte qui peut se sentir bourreau, tortionnaire et/ou sorcière/grand méchant loup.

1- Si le refus est dû à mes propres peurs – mais qu’il n’y a pas vraiment de raison à cela – je prends sur moi, j’accompagne, je surveille, et je laisse l’enfant faire ses expériences.

2- Faire un refus positif du genre : « assis toi sur le fauteuil » à la place de « Ne te mets pas debout sur le fauteuil ».

3- Le bon vieux « non », direct, simple, sans fioriture est parfois indispensable – comme dans l’exemple de la morsure.

4- Il est toujours très important d’expliquer à l’enfant les raisons de notre refus – en faisant bien sûr attention à ce que l’explication puisse être suffisamment simple pour que l’enfant la comprenne!

5- S’assurer que l’enfant soit convaincue qu’il s’agit d’un refus de son action et que l’amour que vous lui portez est toujours présent !

Et vous, avez-vous des astuces pour dire « non » sans être trop cassant(e) ? Partagez-les-nous dans un commentaire !

Aurélie

Outils qui peuvent aider:

Ces informations se trouvent aussi dans la rubrique « Pour aller plus loin« :

Livre :

Mireille D’Allancé « Non, non et non »

Claude HALMOS « L’autorité expliquée aux parents »

Claude HALMOS « Pourquoi l’amour ne suffit pas »

Didier Pleux « Le complexe de Thétis »

Marshall B. Rosenberg  Élever nos enfants avec bienveillance : l’approche de la communication non violente 

Marshall Rosenberg Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs)

Vidéos YouTube:

Marshall Rosenberg « Éduquer sans récompense ni punition CNV », vidéo

Isabelle Padovani “Communication non violente” “Je ne suis pas une girafe”

Marshall Rosenberg “Communication non violente”

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre " Comment vivre heureux avec un nouveau-né?  Quatre astuces qui changent tout🤠

__CONFIG_colors_palette __ {"active_palette": 0, "config": {"colors": {"3e1f8": {"name": "Accent principal", "parent": - 1}}, "dégradés": []}, "palettes": [{"name": "Palette par", "value": {"colors": {"3e1f8": {"val": "var (- tcb-local-color-3aaa8)", " hsl ": {" h ": 210," s ": 0,78," l ": 0,01," a ": 1}}}," dégradés ": []}," original ": {" couleurs ": {" 3e1f8 ": {" val ":" rgb (19, 114, 211) "," hsl ": {" h ": 210," s ": 0.83," l ": 0.45}}}," dégradés ": []}}]} __ CONFIG_colors_palette__
Recevoir le livre

En remplissant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité .